Vous êtes ici

Monuments et lieux

Slider Monumentos

Château de Monteagudo
Château de Monteagudo Le château de Monteagudo et sa croix offrent une vue panoramique sur la ville et la huerta de Murcie. Château de Monteagudo
Monastère des hiéronymites.
Monastère des hiéronymites. Connu comme l'« Escurial murcien », fut construit au XVIIIe siècle selon les traces de l'architecte frère Antonio de San José. Monastère des hiéronymites.
Intérieur de la cathédrale de Murcie
Intérieur de la cathédrale de Murcie La cathédrale de Murcie représente plus de 600 ans d'art, du gothique initial au sublime baroque. Intérieur de la cathédrale de Murcie
Cathédrale de Murcie
Cathédrale de Murcie Dans la partie sud du temple se trouve la façade des apôtres, qui représente le style gothique de la cathédrale. Cathédrale de Murcie
« On utilise un miroir pour regarder son visage, mais on utilise les œuvres d'art pour contempler sa propre âme. » George Bernard Shaw
Cathédrale de Murcie

LA CATHÉTRALE

C'est le point de départ parfait pour tout itinéraire touristique dans la ville. Artistiquement, il s'agit de la construction la plus importante de Murcie et sa tour en est le symbole. Il s'agit, en outre, de la principale église du diocèse de Carthagène.

 

Fachada de la Catedral de Murcia

 

L'édifice se réalisa tout au long de cinq siècles (du XIVe au XVIIIe siècle) et ses différents styles (gothique, Renaissance et baroque) sont un impressionnant témoignage de l'histoire murcienne. Sa construction débuta en 1385 sur le terrain qu'occupait la principale mosquée arabe de la ville.

La tour-clocher mesure 90 mètres de haut (95 en comptant la girouette), ce qui en fait la deuxième plus haute d'Espagne après la Giralda de Séville. C'est le point le plus haut de toute la ville ; elle est composée de cinq corps décroissants en largeur. Chacun d'entre eux montre une variété artistique différente du reste, ce qui lui confère un grand attrait.

 

Torre de la Catedral de Murcia

 

L'intérieur est en grande partie gothique. Son tracé est composé de trois nefs avec un déambulatoire et des chapelles, la plupart d'entre elles sont des sépultures d'évêques et de nobles qui encouragèrent ou collaborèrent à sa construction. Parmi ses 23 chapelles, il faut souligner la chapelle des Vélez, de style gothique flamboyant, avec une impressionnante coupole étoilée à dix pointes et la chapelle de Junterones, un des chefs-d'œuvre de la Renaissance espagnole. Il faut également souligner les stalles plateresques du chœur, l'arrière-chœur ou la façade de l'avant-sacristie.

 

Interior de la Catedral
[MAPA-CATEDRAL]

Capilla Junterones de la Catedral de Murcia

 

Le maître-autel conserve le cœur et les entrailles d'Alphonse X qui le stipula ainsi dans son testament, en gage de son amour pour Murcie et de la fidélité que la ville lui démontra.

 

Altar Mayor

 

À l'extérieur, la cathédrale dispose de trois portes d'accès :

 

Plaza de la Cruz

 

La façade principale réalisée par Jaime Bort, joyau du baroque international d'une beauté exceptionnelle, unique en son genre, a été construite à l'aide du cardinal Belluga (cardinal à Rome et grand bienfaiteur de la ville) à qui est dédié la place où elle est érigée et qui est aujourd'hui un des points de rencontre et de célébration d'événements les plus importants de la vie murcienne. Les deux sujets principaux de la façade sont l'exaltation de la Vierge Marie (à qui est dédiée l'église) et la glorification de l'église.

 

Imafronte de la Catedral de Murcia

 

La porte des apôtres, de style gothique, reçoit ce nom du fait des sculptures des quatre apôtres qui la parent.

La porte des chaînes, de style Renaissance, est ornée de reliefs de trois des quatre frères patrons du diocèse : San Leandro, San Isidro et San Fulgencio.

Il faut également souligner l'extérieur de la chapelle des Vélez, qui est parcourue par une spectaculaire chaîne qui a été l'objet de plusieurs légendes tout au long de l'histoire.

 

Detalla de la Catedral de Murcia

 

 

Religieux
Web
+34 968 216 344
Plaza Cardenal Belluga - 30001 - Murcia
Horaires d'hiver (septembre à Juin): Du mardi au samedi: 7-13h et 17-20h. Les lundis, dimanches et jours fériés 7-13h et 18: 30-20h.
Horaire d'été (Juillet-Août): Lundi - Dimanche et jours fériés: 7-13h et 18: 30-20h;
Entrée gratuite.
Pour les visites guidées, contacter le musée de la cathédrale.
Accessible aux fauteuils roulants par Home Porte avant droite.
37.9841000000
-1.1286700000
walking
Le Palais de L'Almudí

LE PALAIS DE L'ALMUDÍ

 

Palacio Almudi - Exterior

 

Il s'agit d'un édifice singulier à l'allure imposante du XVe siècle, situé dans le Plano de San Francisco, et avec un patio de colonnes qui nous transporte à la Murcie baroque. Ce fut un ancien réservoir à grain (halle au blé) de la ville. La première idée de construire à Murcie un entrepôt public pour les céréales collectés en tant que dîme est attribuée au roi Alphonse X le Sage au XIIIe siècle.

Le chantier de l'édifice, à la charge d'Esteban Fernández, s'est terminé en 1440. Postérieurement, au XVIe siècle, il a connu plusieurs rénovations. Au XVIIe siècle, plusieurs de ses salles ont été provisoirement habilitées comme dépôt d'armes, alors que l'édifice du Contraste se terminait ; et en 1612 un éclair tomba sur le pulvérin qui y était stocké, et détruisit une grande partie du bâtiment.

 

Palacio Almudi - Fachada

 

En 1886, l'édifice devint Palais de justice, et héberge aujourd'hui les archives de la ville, situées au premier étage, où sont entreposés les documents administratifs de Murcie et de la huerta depuis le XIIIe siècle. C'est aussi un centre d'art, car la salle des colonnes toscanes du rez-de-chaussée est destinée aux expositions.

La porte principale du bâtiment est couronnée d'un énorme blason royal des Habsbourg qui est flanqué de deux blasons de Murcie, de plus petite taille, qui sont dotés de 6 couronnes seulement, étant antérieurs au règne de Philippe V, monarque qui conféra la septième couronne à la ville de Murcie.

Vous pouvez contempler sur la façade le médaillon en relief de la Matrone de Murcie ou de la coopérative du pain, œuvre d'Hernando de Torquemada, qui représente une matrone (Murcie) qui allaite un enfant à côté du sien, et qui est un symbole significatif de l'hospitalité des Murciens. Le relief est décoré avec un pélican qui symbolise l'abondance.

 

Palacio Almudi - Detalle

 

L'Almudí était un lieu destiné à l'achat-vente de blé et d'autres céréales. Comme le blé a quasiment toujours été la base de l'alimentation des peuples et il y avait de fréquentes années de pénurie et de famine, les pouvoirs publics se sont préoccupés de construire des réservoirs à grain pour couvrir les besoins de la population, tant d'aliment que de semence.

 

Palacio Almudi - Interior

Le nom d'Almudí vient de la mesure de capacité de grains équivalente à six cahíces. Les récoltants et négociants y venaient pour réaliser toutes leurs transactions commerciales. De même, le conseil municipal effectuait la répartition du blé aux boulangers.

Civils
37.9835000000
-1.1330100000


walking
 Sanctuaire de La Fuensanta

SANCTUAIRE DE LA FUENSANTA

Très près de Murcie, dans l'arrondissement d'Algezares, se trouve le Sanctuaire de la Fuensanta, résidence habituelle de la Vierge patronne de la ville, qui fait l’objet d’une visite deux fois par an lors de la romería (carême et les Fêtes de septembre). Le culte à la Vierge de la Fuensanta (qui remplaça la Vierge de l'Arrixaca dans son patronage) date du Moyen-âge, époque où les ermites prenaient de l'eau d'une fuente santa (source sainte). Le sanctuaire, tel que nous le connaissons aujourd'hui, date de la fin du XVIIe siècle, ayant connu depuis lors diverses restaurations.

 

La Fuensanta

 

Il s'agit d'un temple traditionnel du baroque murcien, composé de trois nefs, une centrale, plus large, et deux latérales avec des chapelles. Le frontispice (1705), œuvre de Toribio Martínez de la Vega, présente deux tours et une porte en arc en plein cintre, avec deux anges soutenant le blason du chapitre de la cathédrale (la construction du temple se doit à l'initiative de celui-ci) et une niche centrale à l'image de la Vierge de la Fuensanta, œuvre de Jaime Bort, flanquée de saint Patrice et de saint Fulgencio.

 

La Fuensanta

 

À l'intérieur se trouvent de splendides reliefs et des sculptures de González Moreno. Les peintures et fresques de la coupole et du chœur sont l'œuvre du peintre Pedro Flores. Dans la première sont représentés le peuple et l'histoire de Murcie dans une romería de la Vierge (fête patronale), avec Alphonse X, le comte de Floridablanca, le cardinal Belluga, Francisco Salzillo et d'autres personnages illustres de l'histoire de Murcie. Dans le chœur, est représenté le couronnement de la Vierge de la Fuensanta sur le vieux pont.

La statue de la Vierge de la Fuensanta était une des diverses statues existantes dont on avait connaissance depuis le XVe siècle, son culte se célébrant durant l'Incarnation et la Nativité. À la fin du XVIIe siècle, il y eut une importante sécheresse et les fidèles qui allèrent prier la Vierge furent nombreux. Après la romería (fête patronale) au temple, la sécheresse s'acheva ; ce fait se répéta plusieurs fois et de cette façon, à la moitié du XVIIIe siècle, la Vierge de la Fuensanta est devenue la patronne de la ville, ce qui donna une plus grande importance au nouveau temple.

À côté du sanctuaire de la Vierge de la Fuensanta se trouvent l'ermite et le monastère de la Luz (dont les premiers habitants furent des anachorètes), l'ermite de saint Antoine le pauvre et le couvent des franciscains de Santa Catalina del Monte, lieux qui valent la peine d'être visités.

Religieux
Web
téléphone
adresse
saison d'hiver
heure d'été
Entrée gratuite.
accessibilité
transport
37.9374000000
-1.1182300000
walking
Les Hiéronymites

LES HIÉRONYMITES

À quelques kilomètres du centre-ville, au cœur de la huerta (arrondissement de Guadalupe) se trouve le monastère des hiéronymites, un édifice conventuel qui appartint à l'ordre du même nom, également propriétaires du célèbre bâtiment religieux madrilène.

 

Monasterio de los Jerónimos

 

Ce monastère procède d'un autre, antérieur, fondé en 1579 dans un lieu proche qui est connu comme la Ñora de Abajo, aujourd'hui arrondissement de La Ñora. De là, dans les chapitres monastiques de l'ordre constitutif, il est nommé monastère de San Pedro de la Ñora, dénomination qui s'est maintenue pour son nouvel édifice, bien que ce nom soit tombé en désuétude après la sécularisation de l'ordre hiéronymite en 1835, se connaissant depuis lors comme monastère des hiéronymites.

Il a été construit au début du XVIIIe siècle à la demande des moines hiéronymites qui cherchaient dans cette zone de la huerta un lieu à l'abri des inondations, sous la direction de l'architecte et moine de l'ordre Antonio de San José. Classé monument historique national, il est appelé l'« Escurial de Murcie » du fait de ses grandes proportions. En forme de croix latine, il possède une façade en brique apparente, une porte avec un arc en plein cintre et deux fines tours couronnées de coupoles en tuiles vitrifiées avec la caractéristique couleur bleu du baroque murcien, tout comme la coupole polygonale du transept aux dimensions considérables.

 

Monasterio de los Jerónimos

 

L'intérieur est abondamment décoré de gypseries blanches géométriques sur fond bleu. À noter le retable principal baroque, en marbre, albâtre et bois doré. Il est daté aux alentours de 1780. Il s'agit d'une œuvre de transition entre le baroque et le classicisme formel, bien qu'il ait perdu quelques éléments originaux et possède comme repère la façade de la cathédrale de Murcie.

Le monastère a connu diverses vicissitudes tout au long de l'histoire, en particulier du fait du désamortissement de Mendizábal, après quoi l'édifice fut abandonné et pillé. Par la suite, il fut cédé aux jésuites. Lors de la guerre civile, il devint une caserne de l'aviation ; le retable, le chœur et les stalles disparurent, ainsi que toutes les statues, à l'exception de celle de saint Jérôme, à qui est dédiée l'église, s'agissant d'une des meilleures œuvres du sculpteur Francisco Salzillo, qui est actuellement conservée au musée de la cathédrale.

Aujourd'hui, au terme de plusieurs restaurations et aménagements, le monastère est devenu le siège de l'université catholique de San Antonio, ce qui le convertit en un des centres culturels de la région.

Religieux
téléphone
37.9914000000
-1.1848600000
walking
Le Casino

LE CASINO

Le casino est, d'un point de vue architectural, un bâtiment unique en son genre et un lieu emblématique de Murcie, constituant l'un de ses signes d'identité. Réalisé à la fin du XIXe siècle, on y retrouve différents styles.

 

Real Casino de Murcia

 

Situé dans une des principales rues du centre piétonnier (Trapería), il surprend le visiteur par son éclecticisme. Par exemple, la façade qui est l'œuvre de l'architecte Pedro Cerdán Martínez, contient des éléments décoratifs tant classiques que modernistes.

Le visiteur entre dans un patio arabe réalisé sur deux hauteurs et arrêté par une grande coupole en verre et en fer. Son abondante décoration s'est inspirée des salons royaux de l'Alhambra et de l'alcazar de Séville.

 

Casino de Murcia

 

Ensuite, la galerie est un très grand passage couvert en guise de rue privée. Elle joue à la fois le rôle de dégagement des différentes dépendances du casino et de lieu de réunion. Le reste des pièces du rez-de-chaussée est organisé des deux côtés de cette galerie.

Le Congresillo est le nom populaire d'un salon intérieur qui fut le lieu de réunion de personnages influents au sein de la vie économique et sociale de Murcie, qui exercèrent une influence notable dans la nomination de responsables politiques et de prise de décisions.

Le patio pompéien, décoré d'une belle statue féminine du sculpteur José Planes, possède 14 colonnes (réalisées en une seule pièce, avec chapiteau ionique), formant un ensemble d'un grand effet artistique.

La salle de danse est peut-être la dépendance la plus connue de l'édifice et le témoin le plus splendide de la vie sociale de Murcie durant plus d'un siècle ; elle fut dirigée par le célèbre architecte José Ramón Berenguer, de style néobaroque. Les précieuses peintures qui l'embellissent (quatre matrones dans les nuages) représentent la musique, la sculpture, la peinture et l'architecture. Quatre médaillons représentent les illustres enfants de Murcie : Romea, Salzillo, Floridablanca et Villacís.

 

Salón de bailes

 

À noter également le boudoir des dames, non seulement pour le luxe avec lequel il a été conçu, mais aussi pour la peinture qui décore le plafond, œuvre du peintre Marín Baldo, qui montre une allégorie de la nuit représentée par la déesse Séléné. Les yeux de la femme ailée qui tombe enveloppée de flammes sont devenus célèbres pour l'effet optique, car ils semblent suivre toute personne qui la regarde, depuis n'importe quel endroit de la salle.

 

Tocador de señoras

 

Il faut également souligner la bibliothèque, le salon de billard et deux salons de réunion aux énormes baies vitrées qui donnent sur la rue Trapería, que les Murciens, avec le fin humour qui les caractérise, ont surnommées les aquariums.

 

Patio

Civils
Web
téléphone
adresse
Heures régulières: Lundi - Dimanche: 10h30 - 19h.
Août: Lundi - Samedi: 10:30 - 14:30h.
Fermé le dimanche. Restaurant fermé en Août.
Général: .. 5 € (brochure ou audioguide) - Réduction de 3 € Restaurant dans Booking 968 22 28 09 et 608 21 20. Juin
Pour les visites guidées, contacter le Casino.
Handicap Seule galerie centrale accessible.
37.9854000000
-1.1289700000
walking
Le Palais Épiscopal

LE PALAIS ÉPISCOPAL

 

Palacio Episcopal

 

Le palais épiscopal se trouve sur la place du cardinal Belluga, à côté de la majestueuse façade principale de la cathédrale. L’histoire raconte que lorsque l'évêque Mateo décida de construire une résidence depuis laquelle il serait possible de contempler la façade de la cathédrale récemment achevée, il encouragea l'édification de ce palais à plan carré. Siège officiel du diocèse de Carthagène, il fut érigé au XVIIIe siècle et est aujourd'hui un des bâtiments les plus importants du patrimoine monumental de la ville de Murcie.

 

Palacio Episcopal

 

Le palais épiscopal originel de Murcie se trouvait, jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, juste sur le côté en face de l'actuelle place Belluga. Ce palais originel de la Renaissance occupait une grande partie de ce qui est aujourd'hui la place, créée à partir de la rénovation urbanistique des alentours de la cathédrale après la construction de la façade principale.

Une fois le vieux palais rasé, un nouveau devait être construit sur le terrain qu'occupait jusqu'alors le palais du Grand Gouverneur du royaume de Murcie.

Il possède des éléments architecturaux très singuliers ; c'est un autre chef-d'œuvre du patrimoine monumental de Murcie. Plusieurs maîtres tailleurs venus de chantiers de cathédrales collaborèrent à sa construction. Il est composé de deux édifices assemblés :

Le dénommé Martillo del palacio (marteau du palais) ou mirador de l'évêque construit avant le début de la construction du corps principal afin d'avoir un belvédère sur le fleuve Segura et la promenade de l'Arenal ou la Glorieta.

 

Palacio Episcopal

 

Le corps principal ou palais à proprement parler a été construit avec une claire influence du dernier maniérisme italien, et c'est pourquoi il est comparé aux palais romains.

Les portes-balcons de ses façades sont des solutions architecturales qui prennent leur origine dans celles conçues par Michel-Ange pour le palais Farnèse de Rome en 1546. Les traitements des murs à base d'ornementations à fresque sont une autre caractéristique des palais romains et napolitains.

Son intérieur, particulièrement intéressant, comprend : l'escalier impérial qui répond aux schémas les plus particuliers du baroque romain, le patio, organisé en trois arcades de type dorique et un corps supérieur plus compact, et la petite chapelle de l'évêque, de plan circulaire. Le blason qui préside le balcon principal du palais rappelle l'évêque Roja (le chantier se termina sous son mandat, en 1786).

La réalisation du palais à la moitié du XVIIIe siècle, ainsi que d'autres édifices et travaux publics mettent en évidence l'importance des changements urbanistiques qui eurent lieu à Murcie à cette époque.

Religieux
Web
téléphone
37.9837000000
-1.1296000000
walking
Le château de Monteagudo

LE CHÂTEAU DE MONTEAGUDO

 

Castillo de Monteagudo

Le château de Monteagudo est situé en haut d'une colline de roche calcaire, d'où l'on domine toute la vallée septentrionale de la huerta. Sur ses versants la population de Monteagudo s'est installée, à environ 5 km de la ville de Murcie.

Du fait de son caractère militaire, son emplacement répond à des motivations stratégiques. Tel qu'indique son toponyme (Monte-agut), la fortification occupe un massif très abrupt de 149 m d'altitude maximale et s'étend tout le long de deux plates-formes d'environ 400 m de diamètre. À ses pieds passe le « vieux chemin de Monteagudo » qui unit deux voies de communication importantes qui partent de la ville, les chemins d'Alicante et de Castille.

Et c'est pourquoi le peuplement en ce lieu semble avoir été prolongé et ininterrompu : culture d'El Argar, Ibères, Romains et Arabes.

Les vestiges architecturaux qui sont arrivés jusqu'à nous sont le fruit de nombreuses réparations et occupations qui remontent à la période islamique. Avant la fondation de Murcie, ce devait être un château rural où les paysans se refugiaient. Quand la ville devint la vraie capitale du territoire, « hisn Montagut » se transforma en un château urbain, un vrai fortin et beffroi défensif des émirs murciens qui résidaient dans la ville et dans la huerta royale dont faisait partie le château lui-même.

 

Castillo de Monteagudo

 

En ce qui concerne les techniques constructives, les maîtres d'œuvre musulmans construisirent leurs murailles avec de solides pans de murs de pisé en mortier qui étaient jalonnés de tours rectangulaires de faible saillie et situées très près les unes des autres, agissant comme de vrais contreforts. L'enceinte inférieure est accessible par le flanc sud, par un chemin de terre et un tronçon d'escaliers d'une certaine difficulté. Tout le long de cette enceinte qui se déploie sur le flanc nord-est, on peut apprécier l'existence de grandes citernes, greniers et autres pièces. L'accès se fait par des escaliers et une intéressante porte en coude, taillés au pic et au burin dans la roche de base. Elle constitue une authentique forteresse solidement défendue, au plan beaucoup plus régulier, et formant un rectangle de 50 x 25 m.

Après la conquête chrétienne, le château ne perdit pas son caractère stratégique, restant sous contrôle de la monarchie castillane. Nous savons qu'il fut visité au moins deux fois par Alphonse X le Sage lui-même et plusieurs gouverneurs royaux y ont résidé. Cette situation perdura jusqu'aux dernières années du XVe siècle, quand les rois catholiques conquirent le royaume musulman de Grenade.

 

Castillo de Monteagudo

Endroits
Web
téléphone
38.0205000000
-1.0976200000
walking
La Promenade du front de Mer

LA PROMENADE DU FRONT DE MER

Le front de mer est un mur de soutènement contre les inondations. Il prend son origine vers 1420, date à laquelle, et après deux importantes inondations, la décision du conseil municipal de la ville décida de démolir les vieilles maisons abîmées du quartier de l'Arrixaca, pour construire un mur qui s'élève sur les monticules du fleuve de l'actuelle promenade.

 

El_malecon

 

 Malgré avoir été l'objet de nombreuses réparations, au début du XVIIIe siècle, elle était très détériorée à cause des pluies, du vent, du passage des cavaleries et à cause de la circulation continue de la ville ; sa réédification fut entreprise en 1736 par le corregidor de la ville M. Francisco de Luján y Arce. À partir de 1745, par l'intermédiaire du cardinal Belluga, elle fut complètement reconstruite, prenant la forme qu'aujourd'hui nous lui connaissons.

C'est aujourd'hui une exceptionnelle promenade à environ trois mètres par rapport au niveau du sol. Elle s’enfonce, telle une langue en pierre, plus de 1 500 mètres dans la huerta, essayant d'entourer la ville par l'ouest, et passant par les jardins de l'ancien couvent de saint François et le jardin botanique. Il s'agit d'un lieu pour le loisir et la promenade, où profiter de magnifiques vues. Pour la détente, elle dispose de nombreux sièges en pierre tout le long du parcours.

 

El malecón

 

À noter la présence d'un arc de triomphe dédié à María, la statue du philanthrope murcien M. José María Muñoz, les vieilles façades des potagers et les maisons qui flanquèrent le front de mer (Malecón).

Sur le côté gauche, se trouvent le collège des maristes et le couvent des capucines.

Sur le côté droit, se trouve le jardin botanique, né de l'union des terrains de l'ancien jardin avec d'autres potagers contigus tels que le Huerto de los Cipreses (potager des cyprès) ou celui de las Bombas (des bombes), avec une magnifique façade baroque qui existe encore aujourd'hui. Il s'agit du plus grand jardin de Murcie à l'heure actuelle et, depuis qu'il fut destiné comme jardin botanique, il a récupéré le nom avec lequel beaucoup de citoyens le connaissaient. Il appartenait à l'origine à un lycée provincial et fut créé pour les stages de ses élèves ; ce qui reste de ce jardin sont les exemplaires d'arbres les plus remarquables qui subsistent encore.

 

Puerta de las bombas

 

Également sur le côté droit du front de mer, nous pouvons observer des bâtiments construits des années auparavant, comme c'est le cas de la grande bâtisse aux miradors et balcons, qui fut la maison du poète murcien, Pedro Jara Carrillo.

Terrains

Paseo del Malecón

37.9829000000
-1.1333900000
37.9865000000
-1.1477300000
walking

Paseo del Malecón

37.9865000000
-1.1477300000
37.9865000000
-1.1477300000
walking
La huerta

LA HUERTA

Elle occupe le terrain en pente, entre deux chaînes de montagnes parallèles, où passe le fleuve Segura dans sa marche vers la mer.

Étendue sur toute la plaine fertile moyenne du fleuve Segura, il s'agit d'une vallée où le fleuve a déposé, durant toute l'ère quaternaire, un lit fertile pour la culture, grâce à ses inondations ; les apports du fleuve Guadalentín qui débouche dans le Segura, en aval de la ville de Murcie, ont également contribué à la formation de la huerta. Les premiers habitants préhistoriques n'habitèrent pas le fond de la vallée, car les terres y étaient marécageuses et le risque d'inondations était élevé ; des vestiges d'El Argar ont été trouvés sur les flancs des montagnes qui bordent la vallée du Segura.

 

La huerta

 

Bien que les Romains cultivaient déjà la huerta de Murcie, se furent les musulmans qui asséchèrent les terrains marécageux et créèrent un système d'irrigation et de drainage très efficace à partir de la contraparada (barrage construit entre le IXe et Xe siècle) : premier lieu de visite pour ceux qui désirent connaître la huerta de Murcie ; c'est le point de départ d'une sage utilisation des eaux qui fait que celles-ci s'introduisent dans la plaine pour que, grâce à une multitude de canaux d'irrigation qui se ramifient, peuvent arriver jusqu'à des points très distants des deux côtés du fleuve, fournissant depuis des siècles la culture de fruitiers, agrumes et légumes.

 

La huerta

 

Avec la Reconquête de Murcie par Alphonse X le Sage, beaucoup de musulmans fuirent à Grenade, et de grands terrains de la huerta se dépeuplèrent. Le roi Alphonse X répartit entre les chrétiens les carrés de la huerta en petites superficies, apparaissant alors le minifundio (petites exploitations agricoles).

À la fin de la Reconquête, au XVIe siècle, un important développement agricole eut lieu avec l'introduction de l'oranger et du mûrier, avec la base de l'industrie de la soie. Durant ce siècle, d'importants travaux hydrauliques s'effectuèrent tels que le front de mer, la suppression de méandres du fleuve, l'endiguement de certains tronçons et des canaux d'irrigation et la construction des norias qui élevaient l'eau aux carrés les plus hauts pour leur irrigation.

 

La huerta

 

Dans la position hégémonique que Murcie occupa dans la production et le commerce de la soie, la quasi monoculture du mûrier, auquel la huerta offrait des conditions optimales, fut décisive.

La huerta de Murcie est, en outre, fête, folklore et gastronomie ; tous les ans ont lieu les fêtes et défilés populaires du Bando.

 

 

Endroits
walking

Acceso

Secciones: 
Icono: 
Dónde dormir
Título: 
Réservation d`hébergement
Descripción: 

Accès au portail de réservation

Icono: 
Murcia Offices de Tourisme
Título: 
Information touristique
Descripción: 

Murcia Offices de Tourisme